Aller au contenu
Lisandru

Bureau diplomatique du Pervane

Messages recommandés

image.png.7023ed8664ea79117011f053b23a9dce.png

Son Excellence Hussein Saheb Agha, Pervane du Grand Royaume d'Afshalavi

 

Le Pervane, nommé par le Chahanchah pour la gestion des Affaires du Grand Royaume dont sa diplomatie et secondé par des Vizirs (un par État membre), reçoit en son bureau diplomatique sis en la capitale toutes les correspondances extérieures quel que soit sont destinataire, et les achemines par le biais des relais de distribution répartis sur tout le territoire.

Modifié par Lisandru

Partager ce message


Lien à poster

DrapeauLigeroisM.png.b92e7d07dea4e8e7cea98028fbc13ee4.png

Duché de Ligerois

 

 

Missionné par le Duc Foulques lui-même, le baron Emile d'Ars-en-Cino, jeune ligerois anobli à Calipère, embarqua à bord d'un navire marchand au départ du comté insulaire. Le navire était rempli de sel de Salans, d'huile de Calipère et de vin ligerois. Il avait été chargé par le Duc de Ligerois de rencontrer le Grand Chahanchah afin de débuter des relations diplomatiques et commerciales entre le Grand Royaume et les terres du Duc. Cette affaire semblait très importante pour le Duc et son Administration qui voyaient en l'Afshalavi un partenaire de choix : au carrefour des civilisations et porte de l'Orient. Toutefois, le Duc craignait que le Grand Royaume soit peuplé de sauvage et il n'avait, de ce fait, pas osé envoyer l'un de ses fils en émissaire, préférant envoyer un petit baron de jeune noblesse.

 

Une dizaine de jours après le départ de Calipère, fin février 1550, la côte afshalave était en vue. Le navire mouilla alors à l'entrée d'un port du royaume d'Ismène, au plus près de Khoyaneh, la capitale, arborant un pavillon officiel ligerois. Accostant par chaloupe, le baron descendit du navire accompagné de cinq hommes d'armes et deux matelots. La petite lance était légèrement vêtue, la chaleur les dissuadant de porter une armure. Toutefois, chacun des hommes gardait précieusement son épée, de crainte d'être pris à partie par les sauvages afshalaves tandis que les deux matelots portaient un coffre qui semblait rempli.

 

Le baron entreprit de chercher le palais du Chahanchah. Très probablement remarqué par des gardes ou ayant demandé son chemin à des commerçants qui parlaient le ligerois ou le lucanien, le baron se présenta aux portes du palais. Il sollicita immédiatement au maître du palais, audience officielle auprès du grand Chahanchah, se présentant comme le Baron Emile d'Ars-en-Cino, émissaire plénipotentiaire du Duc Foulques de Ligerois.

Modifié par Montcalm

Partager ce message


Lien à poster

Au large des côtes afshalaves, un navire arborant un pavillon jusque là jamais aperçu dans ce coin reculé du monde, se dirigeait selon toute vraisemblance vers le port principal du Royaume d'Ismène où fut érigé en l'an 1302 la capitale du Grand Royaume, Khoyaneh. Le navire accosta sans trop de mal à l'un des pontons du port et ses occupants mis les pieds sur cette terre aride après de nombreux jours de navigation. Les pêcheurs et habitants présents furent à la fois surpris, heureux et bien curieux de voir des étrangers au teint pâle et dont l'un semble de par sont accoutrement être de la noblesse d'un pays bien lointain. Les gardes afshalaves, alertés par de nombreux habitants, prient en charge les étrangers en les accompagnant au Palais du Chahanchah afin de procéder aux vérifications d'usage sans dire un mot.

 

Arrivés au Palais, le Pervane du Grand Royaume s'avança vers le premier homme qui lui remit une missive cachetée et signée de la main d'un souverain. Il s'agissait en effet d'un noble, un Baron, l'émissaire plénipotentiaire du Duc Foulques de Ligerois.

 

Seigneur, soyez, Vous ainsi que Vos accompagnant les bienvenus sur les terres afshalaves. Je Vous en prie, entrez dont en notre Palais !

 

Le Pervane installa l'hôte de marque et ses accompagnant dans le salon dédié aux réceptions diplomatiques du Palais en attendant la venue du Chahanchah.

 

Sa Majesté va Vous recevoir Seigneur. Puis-je Vous proposer de quoi Vous rafraîchir en attendant ?

Modifié par Lisandru

Partager ce message


Lien à poster

Accompagnés par la garde afshalave jusqu'au palais, la lance entra dans l'édifice. Les deux matelots posèrent le coffre dans le salon et attendirent debout, des deux cotés du coffre. De son côté, le baron répondit au Pervane :

 

Votre Excellence, merci pour cet accueil que vous nous réservez. J'accepte très volontiers de quoi me désaltérer et si cela reste raisonnable.... De quoi désaltérer mes hommes. La chaleur icelieu nous change fort bien du Ligerois, quoique ressemblant au climat calipérien à la fin du printemps.

 

Nous avons grand hâte de rencontrer le Grand Chahanchah dont la réputation et la gloire le précède. Le Duc Foulques tient d'ailleurs à lui offrir le contenu de ce coffre.

 

Dit-il en montrant le coffre que les matelots surveillaient.

 

J'espère que cela saura plaire à votre souverain.

 

L'émissaire était impatient de rencontrer le Grand Chahanchah afin de développer une future entente et des relations commerciales plus poussées entre les deux contrées. Pour arriver à bien dans sa mission, il envisageait de séduire le souverain par des dons et doux mots, espérant que ce dernier y serait très réceptif.

Partager ce message


Lien à poster
×
×
  • Créer...