Aller au contenu
Zaldora

Rumeurs et Crieurs publics

Messages recommandés

Rumeurs et Crieurs publics

 

image.png.beff74dd780af34f6c616c71f4f042f5.png

 

Les discours des crieurs sur le parvis des cathédrales, les carrefours ruraux, près des auberges et sous le porche des églises villageoises constituent une importante source d'informations, de même que les rumeurs circulant au sein des cours seigneuriales, sans oublier les ragots de taverne, de bordels ou de tripot de jeu malfamé !

 

OYEZ OYEZ.

Partager ce message


Lien à poster

Rumeurs (1)

 

image.png.32a153a3c2642c009b05b84fd44714c9.png

 

Des bruits angoissants concernant une grave épidémie touchant Dravègne (Dřevěha) éclatèrent. Les rumeurs se propageaient désormais hors les murs, dans les faubourgs, au milieu des champs, des églises, des abbayes et des moulins. Les témoignages, récoltés à la taverne, faisaient état d'un mal terrible ayant déjà causé dix morts, et dont les symptômes se rapprochaient de la peste. La peur grondait en ville où de premières scènes de tueries et de pillages des maisons juives furent rapportées. Le calme régnait pour le moment au sein des campagnes bien que face aux rumeurs, paysans et seigneurs choisissaient de se cloitrer en leurs foyers. Toutefois, plusieurs groupes de flagellant tendaient à se former et comptaient défiler au cours des prochains jours afin d'expier leurs péchés avant la parousie, qu'ils pensaient toute proche.

  • Like 1

Partager ce message


Lien à poster

Rumeurs (2)

 

image.png.3b586192aa1ebc6f37df3b11009338d2.png

 

Les physiciens confirmèrent l'épidémie de peste quelques jours après les premières émeutes. La capitale Dřevěha brûlait ou inhumait ses corps tandis qu'à cause de l'exode urbaine, la maladie ravageait dorénavant les villages et campagnes de Zetenie ("Tchèquie"). Localement, les paroisses faisaient face à un afflux de fidèles vers les confessionnaux. Les églises se remplissaient presque chaque jour pour la Messe. Un temps incertaine et plus ou moins chancelante, ébranlée par les bruits de la Réforme, la Foi reprenait vigueur en cette époque d'inconfort et d'incertitudes. Des défilés de flagellants subjuguaient notables urbains, artisans et paysans. Même les seigneurs restaient sans parole face aux démonstrations de zèle offerts par ces groupes, nus jusqu'à la ceinture, et dont le bruit terrible des fouets accompagnait le meurtrissement des dos et des épaules. Un mouvement spontané qui inquiétait cependant l’Église...

Modifié par Zaldora

Partager ce message


Lien à poster
×
×
  • Créer...