Aller au contenu

Atzum

Membre
  • Compteur de contenus

    36
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

1 Neutral

1 abonné

Profil

  • Nation
    Royaume de Töttern

Visiteurs récents du profil

40 visualisations du profil
  1. Atzum

    La Chambre des Pairs

    Conseil des Pairs, ans 1552 Régence de Apulia Bellarani Ombrien Apulia était venu à grands pas dans la salle du conseil, confiante et habillé de vêtements en velours vert foncé, avec une douzaine de lions d'or brodés sur son doublet. Une demi-cape en drap d'or était drapée sur une épaule et attachée avec une broche en émeraude. Quatre membres du conseil des pairs l'attendaient. La chambre était richement meublée. Des tapis persan recouvraient le sol au lieu de joncs. Dans un coin, une centaine de bêtes fabuleuses défilaient sous une peinture brillante sur un paravent sculpté des îles Ligerois. Les murs étaient ornés de tapisseries de Kaspary et de Afshalavi, et une paire d'aigle bicéphale flanquaient la porte, des yeux de grenat poli couvant dans les faces en marbre noir. Le conseiller que Apulia aimait le moins, le seigneur Valentin l'a abordé dès son entrée. «Votre Altesse, j'ai été profondément triste d'entendre parler de l'état de santé du Roi. Nous sommes tous allés en septembre allumer des bougies pour le Roi Paul. Je prie pour son rétablissement. » "Dieu vous a entendu," répondit Apulia, à la fois posé et poli. "Le roi devient chaque jour plus fort, c'est juste une petit fièvre rien de bien grave" Elle se dégagea de l'emprise de Valentin et traversa la pièce où son ami d'enfance le seigneur Robert se tenait près de l'écran, parlant tranquillement avec un homme de petite taille qui ne pouvait être que Lambert. Robert était un vieil ami de la mère regent, ils ont vécu plusieurs années dans la même cours et s'entende plus que bien depuis. "Je vois que vous êtes bien arrivée, votre altesse" dit Robert. "Et vous aussi, je suis heureux de vous revoir mon cher" répondit Apulia. Lambert jeta un coup d'œil à la mère regent avec un sourire aux lèvres qui frisait l'insolence. «J'espère vous rencontrer depuis quelques années, votre altesse. Nul doute que votre frère vous a parlé de moi. "Il l'a fait," répondit Apulia avec un frisson dans la voix. L'arrogance sournoise du commentaire l'énerva. Apulia se dirigea vers la table du conseil et dit: «Archevêque Reinhald, j’espère que vous allez bien." L’archevêque sourit doucement de sa chaise haute au pied de la table. «Assez bien pour un homme de mon ages, votre altesse, répondit-il, mais je me fatigue facilement, je le crains. Peut-être que nous pourrions commencer bientôt», dit l’archevêque, mains croisées sur son large ventre. "J'ai ici une lettre dans ma mains porteur de bonne nouvelle." "On vous écoute mon père." Le siège du roi était vide en tête de table, l'aigle couronné de Ombrien brodé de fil d'or sur ses coussins. Apulia prit la chaise à côté, en temps que la main droite du roi et mère régente. «Mes seigneurs, dit-elle formellement, je vous invite tousse à écouter les nouvelles que nous rapport l’archevêque. Tandis que les autres prenaient leurs sièges habituels, l’archevêque prit la parole. ''Je tiens ici une missive de notre saint-père, sa Sainteté Le Pape Calixte IV. Il est écrit que Sa Sainteté reconnaît le vote des princes-électeurs tötterns et la légitimité de notre roi sur le trône impérial. Mais afin d'obtenir ses régalias aussi bien temporellement que spirituellement, notre roi doit se faire sacrer à Sedessancti.'' Apulia prit la lettre et l'aplatit pour considérer d'elle même l'annonce du pape, lisant les mots avec une satisfactions croissante. La bonté de Calixte IV n’a-t-elle pas pris fin ? «Dieu est bons» jura-t-elle. « Mes seigneurs nous avons du travail devant nous. Reinhald vous rédigerez les invitations... ''Quelle invitation, votre altesse ?'' ''Le sacre de mon fils ne se fera pas sans invité de haute renommer n'es pas ? Votre devoir est de rédiger des invitation aux seigneurs du saint empire et aux seigneurs très chretien de l'Argiopée.'' répondait-elle. ''Lambert votre qualité administrative en temps que trésorier du roi nous seront grandement utile afin de m'assister à organiser cette événement, pense-vous en être capable...'' Lambert était surprit de voir que la mère régente lui confiait une tache si importante, les deux ne se sont jamais bien entendu, «...Et bien nous ne devons pas négliger les coûts d'un telle événement. Vous voulez surement un festin prodigieux. Cela signifie cuisiniers, menuisiers, serveuse, chanteuses, jongleurs, bouffons… » «Des imbéciles que nous avons en abondance», déclare le seigneur Robert. L’archevêque Morenburg regarde Lambert et lui demande: "Le trésor supportera-t-il la dépense?" "Quel est ce trésor ? Le trésor du roi, bien sur qu'il le supportera" Répondit Lambert avec une torsion de la bouche. «Épargnez-moi votre bêtise, mon père. Vous savez comme moi que le trésor est remplis depuis des années, nous avons un des taux d'imposition le plus élevée de toute l'Argiopée'' «Pardonnez-moi, mes seigneurs», dit-elle d'un ton plus doux. "Je suis fatigue. Arrêtons pour aujourd'hui et reprenons lorsque nous serons plus frais. » Elle ne demanda pas leur consentement, elle était la mère régente après tout, elle se leva brusquement, hocha la tête et une garde leur ouvrit la porte.
  2. Atzum

    Chancellerie pontificale

    Missionné par le Roi lui-même, le prince de Bavois, le parrain du Roi, est charger de transmettre le missive au Pape et de demander audience auprès de lui. Cette affaire est très importante pour le Roi et la mère régente qui voit par le couronnement du pape l'affirmation de la légitimité de l'empereur.
  3. Atzum

    Conclave 1552

    Fin du Conclave de 1552 Les cloches de Chaque abbayes, églises et clochers sonnaient coup sur coup dans la bonne ville de Sedessancti après l’apparition de la fumée blanche. Le tintement du métal avait délaissé les marchands de leurs boutiques, les artisans de leurs ateliers, les chevaliers de la cour. De toute la ville et même d'au delà, les voyageurs étaient venu en masse. Certains attirés par la grande foire qui se tiendrait vingt jours durant, d'autres pour assister à ce moment unique : l'élection du nouveau pape de la chrétienté. C'est donc ainsi qu'apparut le cardinal Hadrian, le soleil éclairant le balcon, où apparaissait à cote de lui son éminence Avellino, de loin tous avait reconnu l’accoutrement de son éminence Avellino, ils apparaissait devant les yeux des chrétiens du monde. Le silence s'établit, les musiciens s'arrêtèrent, et tous attendaient, le souffle coupé, aucun bruit ne venant perturbé son éminence Avellino qui s'avançait d'un pas calme, posent ses mains le long de son corps avant de passer sur les rembarres du balcon. Hadrian prit alors la parole et annonça ; ''Je vous annonce une grande joie : nous avons un Pape, le très éminent et très révérend Seigneur, Monseigneur Avellino, Fedeli cardinal de la sainte Église romaine, s’est donné le nom de Calixtus IV.''
  4. Atzum

    La Chambre des Pairs

    Chambre des Pairs, ans 1552 Régence de Apulia Bellarani Ombrien Comment la régence de Apulia Bellarani Ombrien a-t-elle réellement commencé ? Avec la chambre des Pairs tenu à Geldern en 1552. Ici était réunis les trois domaines de l'empire : la noblesse, les citoyens et le clergé. Le premier thème de la chambre était la paix terrestre dans le Royaume. La question devait être reprise où elle avait été laissée par la mort subite de Balder le Grand. Il n'y avait toujours pas de justice générale reconnue, la loi était trop souvent trouvée par des querelles guerrières, c'était le droit du plus fort. Les princes ont déclaré à la régente. Ils voudraient nier qu'il n'y a pas de droit de querelle et que l'État leur refuse en principe le droit de se vider soi-même et de se venger, les anciennes tribus aristocratiques récompensées depuis l'Antiquité et rendant ainsi impossible le développement d'un pouvoir étroit au sens moderne du terme. Parce que l'État moderne repose sur le fait qu'il a le monopole de l'usage de la force. La pensée des princes dans cette renonciation était: noble oligarchie oui, aristocratie anarchie non. Mais ils avaient une demande reconventionnelle à l'empereur: Plus précisément, ils étaient concernés par les ''Pfahlbürger''. C'étaient des sujets d'un souverain, qui cherchaient à se soustraire à leurs obligations officielles en se réfugiant dans les villes et étaient alors libérés par la loi. Selon la volonté des princes, la régente devait rendre impossible pour les villes l'enrôlement des ''Pfahlbürger''. Qu'est-ce que la régent allais choisi ? Rien. Il n'y avait pas de changement parmi les bourgeois du paon et, dans le cas des querelles, Apulia donna au prince le droit de les interdire. Seuls les Ombriens n'ont rien fait pour organiser l'alternative à la querelle. Si la loi devait être trouvée non par la guerre, mais par la juridiction, il fallait qu'une justice soit établie dans le Reich. La régente Apulia Bellarani Ombrien, quant à elle, craignait de marcher sur les pieds des seigneurs dans leurs propres territoires. Tout devrait plutôt rester comme avant. Chose triste avec les querelles, mais pourquoi la régente devrait se brûlent les doigts ? C'est une manœuvre comme les autres et n’étais pas dangereux à long terme, mais Apulia préférait de de ne pas trop bousculer les seigneur afin de garder leur sympathie jusqu’à ce que son fils dirige le royaume . Dans sa semi-passivité, un morceau de supériorité ''d'homme'' d'État était caché.
  5. Atzum

    La Chambre des Pairs

    La Chambre des Pairs La Chambre est le parlement du Royaume. Constituée des grands seigneurs du royaume, dont le Roi (dont la voix compte toujours double), c'est un important contre-pouvoir au pouvoir central. Les seigneurs qui y siègent sont nommés à vie, et leur titre est transmissible à leurs héritiers, ce qui fait naître une puissante aristocratie de grands princes qui agissent comme autant de seigneurs autonomes et de princes indépendants, défendant leurs propres intérêts et leurs propres ambitions. Mais le roi peut réunir aussi, quand et comme il veut, des bourgeois expérimentés en matière économique, ou des marchands étrangers, des Juifs ou encore des chevaliers élus (4 par comté), sur les sujets de son choix. La Chambre des Pairs n'est donc qu'un organe parmi d'autres pour aider au gouvernement, mais il est le seul habilité à consentir l'impôt. La Chambre est consultée par le Roi une fois par ans, elle a son mot à dire sur toutes les lois du Royaume, et sur les déclarations de guerre et de paix, ainsi que les accords qui concernent l'ensemble du royaume. Si le Roi n'est aucunement contraint par les décisions de la Pairie dans la loi, la puissance militaire et politique que détiennent les grands princes Töttern donne un poids supplémentaire au décision prises par les monarques Töttern ...
  6. Atzum

    Encylopédie Töttern

    I. Introduction Le Royaume Töttern est le plus vaste et un des plus puissant des Royaumes Chrétien d'Agriope. Pour autant, cette puissance est à relativiser par sa culture qui reste diviser entre la féodalité et la Monarchie Absolut. Le Roi Töttern doit ainsi continuellement composé avec des évêques, comtes et ducs attachés à leur autonomie et à leur indépendance, qui eux-mêmes, doivent concilier les intérêts de leurs propres et nombreux vassaux. Le Royaume fut établit il y a six siècles par un descendant du grand empereur gallique. Il s'étend en fait sur l'ancien territoire des Rois Francs, héritiers des grands barbare qui envahirent l'Empire latin au VIeme siècle. Le Royaume Töttern regroupe en fait trois couronnes : celle de Thurons au Nord, celle de Bavois au Sud et celle de Séves à l'ouest. Cet état puissant était véritablement le ciment du christianisme en Agriope, et pour cause, il fut de toutes les croisades et conduisit même la sienne, personnelle dans les territoire païens de l'est. Le Royaume Töttern est l'un des seuls à avoir développer une culture que l'on peut qualifier de cosmopolite. Son territoire s'étend en effet le long de la vallée du Flisit, un grand fleuve qui fait la liaison entre la mers du Nord et des terres du Sud. De ce fait il est un lieu de passage entre de hautes montagnes et à travers d'épaisses forêts, ce qui fait que de nombreux peuples vivent en son sein. La Haute-Aristocratie et la Petite Noblesse (anciens chevaliers, soldats) sont pour la majeure partie Germains au Nord, tandis qu'au Sud, se mêle des anciennes colonies Franques et scandinave. Dans l'ensemble, cette pluralité de cultures a donc fait émerger une culture Töttern propre. Les trois terres qui constituent le Royaume, Thurons, le Bavois et le Séves sont trois territoires très différents et très complexes à gérer pour le Roi, car il ne peut se comporter de la même manière avec la noblesse nordienne, la noblesse sudienne et la noblesse ouestienne. Ainsi, alors que les seigneurs de l'Ouest ont globalement acquis une certaine conscience nationale, constituent un groupement uni et solide, et développé de nombreux liens patrimonial qui en font globalement un ensemble relativement homogène, les seigneurs du Sud sont bien plus difficiles à gérer : globalement indépendants, très autonomes et attachés à cette indépendance et cette autonomie. De l'Autre cotés les seigneurs du Nord ne connaisse qu'un seul langage et c'est celui de l'or, la loyauté du Nord se mesure principalement par le poids de la Bourse qu'on possède. En outre, les seigneurs du Sud sont majoritairement d'origine francs, et la culture Töttern y est largement minoritaire, sans parler des différences de langue qui existent dans le Royaume... Le Töttern lui-même se scinde en trois dialectes différents : le Haut, le bas et le Töttern-Médian, sans parler du Sanctuslingua (Latin) et du Péninsulaire (italien) qui constituent également des langues très parlées dans les cours des seigneurs...
  7. Atzum

    Histoire des peuples gallophones

    Alors moi je part du Principe que cette empire carolingie a existé et que après l'équivalent du traité de Verdun de 843, que le fils ayant hérité de la partie Germanique de l'empire lié sa famille avec la noblesse local pour former plus tard le Royaume Töttern. On peut s'accorder sur le fait que la division de l'empire a eu comme conséquence la création de spécificité régionale et que les attaques Vikings ont détruit le semblable de cohésion qui existait entre les trois héritiers.
  8. Atzum

    Rumeurs

    Troubles Frontaliers Des rumeurs parvenues il y a peu à la capital Geldern par le biais de marchands Bavois font état de troubles à la frontières avec le Ermenreigne. On raconte que plusieurs bande de criminels on mis le feu aux champs et se sont accaparer d'un quantité de cuivre non négligeable. Entre autre Plusieurs village Bavois auraient été attaqués, on parle même du saccage et du pillage de quelques villes impérial. Le Comte Bavois ne laissera pas cette attaque impunis et accuse un seigneur du Ermenreigne de financer et protéger ces criminels.
  9. Atzum

    Rumeurs

    Une information véhiculée de bouche à oreille ayant toutes les chances d'être déformée en cours de route, cela est très courant à cette époque. Ce topique sera dédier au petits rumeurs qui court dans le Royaume Töttern
  10. Missives du Royaume Töttern Bien que les chevaux est un des premiers moyens de transmettre une lettre, des messagers sont même employés pour conduire la lettre de l’expéditeur au destinataire. Balder le Grand rendit l'élevage du pigeon "privilège nobiliaire". Pratiquement tous les châteaux, fermes seigneuriales, abbayes possédaient une tour à pigeons. Les seigneurs les employaient comme messagers pour des affaires commerciales, politiques ou comme porteurs de renseignements en temps de guerre.
×
×
  • Créer...