Aller au contenu

Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Avant
  2. Montcalm

    Missives du Royaume Töttern 

    De Nous, Sa Grâce, Foulques de Val d'Egne, Duc de Ligerois, Comte de Calipère et de Bristane, A vous, Votre Majesté Paul Bellarinia Ombrien, Roi Töttern, Duc de Brunlingen et Électeur impérial. A Bristane, le dixième jour du mois d'octobre ⅯⅮⅬII Votre Majesté, Nous Nous joindrons à vous par la prière lors de votre sacre au ministère suprême impérial. Il semble inconcevable pour Nous de rater la Nativité de Notre Seigneur Jésus-Christ aux côtés de Nos sujets et de Notre famille. Toutefois, veuillez recevoir accompagné de ce pli une barrique d'eau-de-vie ligéroise, Priant pour votre Saint Règne, Sa Grâce Foulques de Val d'Egne, Duc de Ligerois.
  3. Droit du membre attribué et sous-forum créé ! Désolé pour ce temps de réponse particulièrement long...
  4. Droit du membre attribué et sous-forum créé ! Désolé pour ce temps de réponse particulièrement long...
  5. Yul

    Monographie et gestion

    Blasonnement et présentation des grandes familles "De gueule, onze crapauds d'or assis en cinq onces" L'origine du blason de la Marcheterre, nommé simplement "le Marcheterrois", est peu connue et expliquée par une légende plus que par des faits historiques avérés. Au début du IXème siècle, alors que les vikings venus des terres du nord terrorisaient les côtes chrétiennes de l'ouest de l'Argiopée, il leur fut proposé par les souverains locaux de gouverner une terre afin de protéger les bouches de cinq fleuves contre les autres clans vikings. Ce sont onze jarl qui acceptèrent et s'unir pour former le Grand-Duché de Marcheterre, vassal des rois de Gallophonie*. A partir de zone côtières couvertes de gigantesques zones marécageuses, ces onze clans, qui se christianisèrent et adoptèrent peu à peu le mode de vie des grandes familles d'occident, conquirent peu à peu les territoires qui forment aujourd'hui la Marcheterre. Ces onze clans vikings furent représentés sur le blason du Grand-Duché par onze crapauds d'or, l'animal étant un des symboles des marais; le nom de la Marcheterre tirant lui même son origine de ses terres humides, "marche" signifiant tout simplement les marécages. La légende enfin voudrait que chacun des clans eurent à payer cinq onces de cuivre - une par fleuve - aux souverains en signe de soumission et afin de rembourser symboliquement la région qu'ils avaient pillé durant des décennies, donnant ainsi l'émail du blason, "de gueule", et positionnant les onze crapauds en cinq rangs en quinconce, le terme venant du latin quincunx signifiant littéralement "cinq onces". Ainsi, l'unité nationale de la Marcheterre repose en premier lieu sur une légende s'approchant toutefois par bien des aspects de la vérité. La forme de l'écu respecte quant à elle celle des anciens blasons gallophones. La Marcheterre est désormais divisée en huit comtés de tailles inégales, originellement onze parmi lesquels certains disparurent, et gouvernés par des grandes familles se revendiquant descendantes de ces onze jarl. De ces huit maisons, trois occupent depuis plusieurs siècle le premier plan et fournirent la majorité des Grand-Ducs, cinq, moins puissantes, complètent la haute noblesse de Marcheterre. Chacune d'entre-elles a développé son propre blason, associé au Marcheterrois et tranché par une cotice ondée d'argent brochant sur la partition, afin de montrer leur appartenance au Grand-Duché. Les trois maisons les plus puissantes de Marcheterre sont les maisons de Sildegrune, de Valsongé et de Millebosc. Tranché : Au 1er d'azur une sirène d'argent issant d'une mer d'argent ondée de sable mouvant de la pointe chantant et tenant une harpe d'argent, accompagnée en canton dextre du chef d'une lune d'or, au 2e du Marcheterrois ; à la cotice ondée d'argent brochant sur la partition Blason de la famille Sildegrune | La sirène, femme à queue de poisson, est une créature marine issue de la mythologie scandinave | Le nom de Sildegrune vient du vieux norrois "sild" désignant les harengs, poissons migrateurs venant tous les automnes frayer au large de la Marcheterre, et de "Grunnr" désignant les hauts fonds; littéralement donc, les hauts fonds où frayent les harengs | Cette famille domine un comté vallonné et bordé par la mer Galatine dans l'extrémité nord-est du Grand-Duché, une des régions les plus riches de Marcheterre | Actuellement, le Grand-Duc Hardouin III est issu de cette maison. Tranché : Au 1er d'argent une vouivre de sinople lampassée de gueule menaçant, au 2e du Marcheterrois ; à la cotice ondée d'argent brochant sur la partition Blason de la famille Valsongé | La vouivre, guivre ou wyvern est une créature issue du folklore germanique | Le nom de cette famille vient du latin "vallis" signifiant vallée, et de "somnio, somniare", signifiant le songe. Les origines de cette famille remontent donc certainement à une époque bien antérieure à l'arrivée des vikings en Marcheterre et fut certainement le fruit de l'alliance de chrétiens latins et de chefs de guerres germaniques franciques venus s'installer en Marcheterre durant l'antiquité tardive | Cette famille occupe un comté montagneux de l'ouest du pays | Actuellement, le Cardinal de Marcheterre, Enguerrand de Valsongé, est issu de cette maison. Tranché : Au 1er coupé d'argent et de sable à la licorne saillante de l'un en l'autre, au 2e du Marcheterrois ; à la cotice ondée d'argent brochant sur la partition Blason de la famille Millebosc | Il est aujourd'hui difficile de savoir d'où sont originaires les licornes, tant celles-ci apparaissent dans de nombreux folklores et mythologies partout en Argiopée, mais aussi en Séricie | Le nom de cette famille viendrait du latin "mille" qui a conservé son sens, et de l'ancien bas-vieux francisque "bosk" signifiant buisson ou bois. Tout comme les Valsongé, les origines de cette famille remontent donc certainement à une époque bien antérieure à l'arrivée des vikings en Marcheterre | Cette famille siège sur un comté forestier et vallonné dans le sud-est du Grand-Duché. Reste ainsi les cinq autres familles comtales, moins puissantes : les Chèvrecourt, les Garfleur, les Guernelond, les Melbeuf et les Sallenille. Tranché : Au 1er d'azur un capricorne d'or issant d'une mer d'argent ondée de sinople mouvant de la pointe, tenant dans sa gueule un serpent de sable, écaillé d'argent et tortillé en pal, accompagné en canton dextre du chef d'une étoile d'or, au 2e du Marcheterrois ; à la cotice ondée d'argent brochant sur la partition Blason de la famille Chèvrecourt | Le capricorne trouve son origine la plus ancienne dans les mythologies antiques du proche-orient, dans les régions proches du Kaspary en Calente. Bien que signe zodiacal associé à la terre, il n'en reste pas moins un animal aquatique, mi-bouc mi-poisson symbole du dieu Enki, le maître des eaux douces souterraines, de la sagesse, des arts et des techniques ainsi que de l'exorcisme. Selon la mythologie hellène antique, lorsque Typhon a attaqué l'olympe et que les Dieux auraient fuit, Dyonisos se serait transformé en capricorne | Le nom de cette famille aurait deux origines, l'une germanique et l'autre norroise; le suffixe court viendrait ainsi du vieux francisque germanique et signifierait un espace clos, tandis que le préfixe "Chèvre" viendrait du norrois "Kirkja" désignant une église, et mutant peu à peu d'abord en "Quièvre", "Chièvre" puis "Chèvre". Ainsi, contrairement à ce que l'on pourrait croire, le nom de Chèvrecourt n'a aucune racine latine (chèvre venant du latin "capri"), la gallophonisation des noms dans une langue gallo-latine provoquant la confusion. Chèvrecourt désignerait donc une église située dans un espace clos (ou fortifié) plutôt qu'une chèvrerie | Cette famille domine un comté marécageux et vallonné, bordé par la mer Galatine dans l'extrême nord-ouest de la Marcheterre. Tranché : Au 1er de sinople un cheval mariné ailé d'argent se cabrant, au 2e du Marcheterrois; à la cotice ondée d'argent brochant sur la partition Blason de la famille Garfleur | Les chevaux aquatiques, ou chevaux ondins, sont des créatures marines apparaissant dans les légendes de Marcheterre, mais aussi sous différentes formes dans les mythologies celtiques et norroises. Ils sont connus pour être très séduisants et attirent les hommes pour que ceux-ci les chevauchent tandis qu'ils les emportent dans les eaux des fleuves et des rivières afin de les noyer, et parfois même les dévorer | Le nom de cette famille a une origine norroise. Le préfixe "Gar" proviendrait du terme "geirr" signifiant le javelot, la lance ou l'épieux, tandis que le suffixe "fleur" tirerait son origine étymologique du terme "floï" désignant une large baie ou un estuaire. Garfleur signifierait ainsi littéralement "l'estuaire aux lances ou la baie aux lances" | Cette famille occupe un comté bordé par la mer Galatine et le golfe de Marcheterre, à l'embouchure de la Callune. Tranché : Au 1er d'argent une hydre de gueule allumée et lampassée de sinoples grimaçant, au 2e du Marcheterrois; à la cotice ondée d'argent brochant sur la partition Blason de la famille Guernelond | Tirant son origine dans la mythologie hellène, l'hydre est une créature fantastique possédant plusieurs têtes crachant un dangereux poison. Inutile d'essayer les décapiter, puisque à la place de chaque tête coupée, deux repoussent. Le seconde des douze travaux d'Hercule le conduit à tuer l'hydre de Lerne | Le nom de cette famille aurait deux origines, l'une gauloise, "Guerne" venant du mot "warna" signifiant le pin, et l'autre, "lond" venant du norrois "lundur" signifiant "petit bois". Guernelond désignerait donc une petite forêt de pins; il est probable que les vikings s'installant sur ces terres aient conservé le nom originel du petit bois pour le désigner | Cette famille occupe un comté forestier et montagneux dans le sud du Grand-Duché. Tranché : Au 1er d'or à la hure de sanglier de sable arrachée de gueules, défendue et allumée du champ, au 2e du Marcheterrois; à la cotice ondée d'argent brochant sur la partition Blason de la famille Melbeuf | | Partout dans l'Argiopée, le sanglier est un symbole de fertilité et de force que l'on retrouve dans diverses mythologies : hellène, norroise, germanique, celte, gallique... De nombreux chefs de guerres païens du nord et de l'ouest de l'Argiopée ont donc utilisé le sanglier comme emblème durant leur règne, et on ne compte plus les récits locaux où apparaissent des sangliers monstrueux. En Marcheterre, on utilisait un instrument de musique à vent dénommé carnyx en forme de hure de sanglier montée sur de grandes perches creuses en laiton ou en bronze. Ces trompes guerrières servaient à effrayer les ennemis et mener les troupes au combat. De nos jours, les carnyx sont encore utilisés dans certaines régions de Marcheterre par les éleveurs afin d'effrayer les bêtes sauvages, en particulier les loups | L'origine du nom de Melbeuf a des origines galliques et norroises. Le préfixe "mel" renverrait en effet à l'anthroponyme gallique "Mellios", "beuf" venant du norrois "bôth" désignant une cabane ou une chaumière; "Melbeuf" signifierait donc "la chaumière dont Mellios est le propriétaire". Ce mélange toponymique tend ainsi à prouver que les origines de la famille Melbeuf sont elles aussi antérieures à l'arrivée des vikings en Marcheterre puisque ceux-ci auraient développé la cité autour d'une ancien corps fermier | Cette famille siège sur un comté du centre de la Marcheterre. Tranché : Au 1er d'argent à l'épervier essorant de sable armé, becqué, longé et grilleté d'or, au 2e du Marcheterrois; à la cotice ondée d'argent brochant sur la partition Blason de la famille Sallenille | L'épervier est un symbole de vivacité, de promptitude mais aussi d'avidité à l'image de nombreux autres rapaces; on lui prête par ailleurs une grande cruauté. Dans certaines légendes de Marcheterre et d'Argiopée, l'épervier aurait été créé par le diable lui même pour concurrencer son alter-ego, l'aigle, créé par Dieu. Servant à la chasse et symbole de noblesse lorsqu'on l'apprivoise, fréquent dans le bassin de l'Onagre, il fut choisi comme symbole par les Sallenille dont le premier jarl aurait, selon une légende familiale, soumis un épervier géant maléfique | Les racines de cette famille sont très anciennes et antérieures à l'arrivée des vikings en Marcheterre, puisqu'elles remonteraient jusqu'au premier siècle de notre ère. Sallenille tire en effet son origine du latin, du terme "salinae" désignant les salines, associée au suffixe bas-latin "-icula" servant à former des substantifs féminins | Cette famille occupe un comté du nord de la Marcheterre.
  6. Yul

    Missives du Royaume Töttern 

    Texte écrit en latin, cacheté par le sceau du Grand-Duc de Marcheterre Hardouin III, et envoyé par coursier jusqu'à Geldern. Le courrier est adressé au roi Paul Bellarinia Ombrien. Le pli fut trouvé par les soldats d'une milice du Royaume Töttern sur le corps du coursier. Les pluies d'automne ont effacé une partie du texte, néanmoins certaines phrases essentielles à la compréhension du texte restent encore lisibles. Sire, ...otre invitation m'honore... fierté que je me rendrai... souhaite que Dieu vous ait en sa sainte ... Diex aye dam ! ...ouin de Sildegr... ...heterre.
  7. Zaldora

    Rumeurs et Crieurs publics

    Rumeurs (2) Les physiciens confirmèrent l'épidémie de peste quelques jours après les premières émeutes. La capitale Dřevěha brûlait ou inhumait ses corps tandis qu'à cause de l'exode urbaine, la maladie ravageait dorénavant les villages et campagnes de Zetenie ("Tchèquie"). Localement, les paroisses faisaient face à un afflux de fidèles vers les confessionnaux. Les églises se remplissaient presque chaque jour pour la Messe. Un temps incertaine et plus ou moins chancelante, ébranlée par les bruits de la Réforme, la Foi reprenait vigueur en cette époque d'inconfort et d'incertitudes. Des défilés de flagellants subjuguaient notables urbains, artisans et paysans. Même les seigneurs restaient sans parole face aux démonstrations de zèle offerts par ces groupes, nus jusqu'à la ceinture, et dont le bruit terrible des fouets accompagnait le meurtrissement des dos et des épaules. Un mouvement spontané qui inquiétait cependant l’Église...
  8. mark

    Legazioni pontificie

    Legazioni pontificie Sa sainteté estois comme chacun le présume, premier pair de l'Eglise et en conséquence plus haut responsable des affaires et relations avec le ciel de la chrétienté. Cela Estant, depuis l'octroi par l'Empereur Claudius de territoires en vue de sied une assise temporelle inviolable et sacrée aux successeurs de Saint Pierre. Par cette octroi, le Saint-Siège se retrouve dans l'obligation de remplir des fonction du pouvoir temporelle en vue de respondre aux asttentes des premiers de ses pêcheurs. Afin d'y parvenir, la Legazioni pontificie officie sous les ordres du Saint-Père pour administrer et establir loi et bon ordre en ces lieus. Il este courant qu'un clerc en fasse appel à un autre, l'éducation dispensée par les différents ordre et les universités donnant en sortie d'estudes de brillants administrateurs et théologiens.
  9. Atzum

    La Chambre des Pairs

    Conseil des Pairs, ans 1552 Régence de Apulia Bellarani Ombrien Apulia était venu à grands pas dans la salle du conseil, confiante et habillé de vêtements en velours vert foncé, avec une douzaine de lions d'or brodés sur son doublet. Une demi-cape en drap d'or était drapée sur une épaule et attachée avec une broche en émeraude. Quatre membres du conseil des pairs l'attendaient. La chambre était richement meublée. Des tapis persan recouvraient le sol au lieu de joncs. Dans un coin, une centaine de bêtes fabuleuses défilaient sous une peinture brillante sur un paravent sculpté des îles Ligerois. Les murs étaient ornés de tapisseries de Kaspary et de Afshalavi, et une paire d'aigle bicéphale flanquaient la porte, des yeux de grenat poli couvant dans les faces en marbre noir. Le conseiller que Apulia aimait le moins, le seigneur Valentin l'a abordé dès son entrée. «Votre Altesse, j'ai été profondément triste d'entendre parler de l'état de santé du Roi. Nous sommes tous allés en septembre allumer des bougies pour le Roi Paul. Je prie pour son rétablissement. » "Dieu vous a entendu," répondit Apulia, à la fois posé et poli. "Le roi devient chaque jour plus fort, c'est juste une petit fièvre rien de bien grave" Elle se dégagea de l'emprise de Valentin et traversa la pièce où son ami d'enfance le seigneur Robert se tenait près de l'écran, parlant tranquillement avec un homme de petite taille qui ne pouvait être que Lambert. Robert était un vieil ami de la mère regent, ils ont vécu plusieurs années dans la même cours et s'entende plus que bien depuis. "Je vois que vous êtes bien arrivée, votre altesse" dit Robert. "Et vous aussi, je suis heureux de vous revoir mon cher" répondit Apulia. Lambert jeta un coup d'œil à la mère regent avec un sourire aux lèvres qui frisait l'insolence. «J'espère vous rencontrer depuis quelques années, votre altesse. Nul doute que votre frère vous a parlé de moi. "Il l'a fait," répondit Apulia avec un frisson dans la voix. L'arrogance sournoise du commentaire l'énerva. Apulia se dirigea vers la table du conseil et dit: «Archevêque Reinhald, j’espère que vous allez bien." L’archevêque sourit doucement de sa chaise haute au pied de la table. «Assez bien pour un homme de mon ages, votre altesse, répondit-il, mais je me fatigue facilement, je le crains. Peut-être que nous pourrions commencer bientôt», dit l’archevêque, mains croisées sur son large ventre. "J'ai ici une lettre dans ma mains porteur de bonne nouvelle." "On vous écoute mon père." Le siège du roi était vide en tête de table, l'aigle couronné de Ombrien brodé de fil d'or sur ses coussins. Apulia prit la chaise à côté, en temps que la main droite du roi et mère régente. «Mes seigneurs, dit-elle formellement, je vous invite tousse à écouter les nouvelles que nous rapport l’archevêque. Tandis que les autres prenaient leurs sièges habituels, l’archevêque prit la parole. ''Je tiens ici une missive de notre saint-père, sa Sainteté Le Pape Calixte IV. Il est écrit que Sa Sainteté reconnaît le vote des princes-électeurs tötterns et la légitimité de notre roi sur le trône impérial. Mais afin d'obtenir ses régalias aussi bien temporellement que spirituellement, notre roi doit se faire sacrer à Sedessancti.'' Apulia prit la lettre et l'aplatit pour considérer d'elle même l'annonce du pape, lisant les mots avec une satisfactions croissante. La bonté de Calixte IV n’a-t-elle pas pris fin ? «Dieu est bons» jura-t-elle. « Mes seigneurs nous avons du travail devant nous. Reinhald vous rédigerez les invitations... ''Quelle invitation, votre altesse ?'' ''Le sacre de mon fils ne se fera pas sans invité de haute renommer n'es pas ? Votre devoir est de rédiger des invitation aux seigneurs du saint empire et aux seigneurs très chretien de l'Argiopée.'' répondait-elle. ''Lambert votre qualité administrative en temps que trésorier du roi nous seront grandement utile afin de m'assister à organiser cette événement, pense-vous en être capable...'' Lambert était surprit de voir que la mère régente lui confiait une tache si importante, les deux ne se sont jamais bien entendu, «...Et bien nous ne devons pas négliger les coûts d'un telle événement. Vous voulez surement un festin prodigieux. Cela signifie cuisiniers, menuisiers, serveuse, chanteuses, jongleurs, bouffons… » «Des imbéciles que nous avons en abondance», déclare le seigneur Robert. L’archevêque Morenburg regarde Lambert et lui demande: "Le trésor supportera-t-il la dépense?" "Quel est ce trésor ? Le trésor du roi, bien sur qu'il le supportera" Répondit Lambert avec une torsion de la bouche. «Épargnez-moi votre bêtise, mon père. Vous savez comme moi que le trésor est remplis depuis des années, nous avons un des taux d'imposition le plus élevée de toute l'Argiopée'' «Pardonnez-moi, mes seigneurs», dit-elle d'un ton plus doux. "Je suis fatigue. Arrêtons pour aujourd'hui et reprenons lorsque nous serons plus frais. » Elle ne demanda pas leur consentement, elle était la mère régente après tout, elle se leva brusquement, hocha la tête et une garde leur ouvrit la porte.
  10. Papauté

    Chancellerie pontificale

    Annonce de Sa Sainteté Le Pape Calixte IV, A Sedessancti, le dernier jour de septembre ⅯⅮⅬII A ceux qui liront ou se feront lire, Après examen dogmatique et juridique de la situation dans l'Empire ainsi que de la légitimité sur le trône du candidat Paulus Bellarani Ombrien, Rex teutonicorum. Reconnaissons le vote des princes-électeurs tötterns et la légitimité dudit Paulus sur le trône impérial. Toutefois, afin d'obtenir ses régalias aussi bien temporellement que spirituellement, ledit Paulus rex teutonicorum doit se faire sacrer. De par l'importance de l'Empereur töttern sur l'Argiopée et la Chrétienté, savoir faisons que dès aujourd'hui, seul le Très-Saint Père peut sacrer l'Empereur töttern. Nous invitons le Roi Paulus à Sedessancti afin d'évoquer les préparatifs de son Sacre si Dieu le veut, Priant pour le Salut de l'Empire. S.S. Le Pape Calixte IV Scellons d'or afin qu'il soit vu et ouïe de tous. Ordonnons la traduction de la présente en töttern.
  11. Pierre qui roule n'amasse pas mousse «An de grâce mille-cinq-cent-cinquante-deux, huitième mois du vingt-cinquième jour» Selon le rite calendaire grégorien Alors que la journée semblait bien entreprise, un cortège ecclésiastique montait en ordre de marche les nombreux et hauts paliers d'escaliers qui menaient au Grande Temple de Neptune le Protecteur. Embrumés dans l'encens et auréolés par une mélopée rituelle, les flamines s'avançaient, avec comme chef de file, le rex sacrorum, en tenue de cérémonie. Tous avaient la tête recouverte par un linceul de leur habit, tous marchaient à un pas cadencé et révérencieux. Le temple faisait face à l'ouest, perché sur la colline la plus élevée de la ville, marqué par d’héroïques fresques colorées sur son fronton, par des veinures rouges caractérisant son marbre blanc et par plusieurs statues aux vernis bigarrés. Des dizaines de braseros, allumés d'un feu vivace, délimitaient le passage de la troupe, qui terminait son parcours, et se retrouvait devant l'immense et lourd portique de bronze et d'or. Sur le promontoire, et devant le grandiose édifice défiant le temps, le meneur se retourna, pour accueillir un taureau blanc qui se profilait, aux soins de deux suppôts qui menaient l'animal, alors que le roi du culte empoignait une dague aux riches apparats. Le prêtre en chef leva donc ses deux bras vers les cieux, et prononça avec autorité des supplications au dieu qui habitait le lieu. Quatre initiés vinrent porter au décorum, pendant l'appel, un autel sacrificatoire, tandis que des danseurs entamèrent des gestes rythmés, en cercle, autour de la bête et de l'intercesseur armé. Des préposés s'arrangeaient pour que de la fumée blanche couvrent le ciel, tels des nuages, quand des joueurs de cymbales et de tambours se mirent aussitôt à marteler sur leurs instruments. Au même moment, sur l'un des paliers menant au temple, à mi-chemin des rites se déroulant en hauteur, entourés par d'imposantes colonnes, des politiciens de la cité, drapés dans une toge brodée et habillés de fines étoffes aux boutons dorés, conversaient tout en gardant un regard distrait sur les événement religieux : Sergio Del Capelli : ...justement, mestro Di Roggio. Un nouveau pontife a été élu à Sedessancti, un certain Avellino, ayant pris le nom de Calixte. D'après ce que j'en sais, à priori, c'en est un qui préférera tempérer le jeu plutôt que de l'amorcer. Du moins, c'est ce que nos informateurs nous ont indiqués. Marcello Di Roggio : Vous êtes toujours pétri de bonnes pensées, signore Del Capelli. Hâtifs, pour le moins, comme jugements. Les papes sont tous mesurément semblables. Ils sont des dirigeants avant d'être des hommes de foi. Du moins, ils le deviennent tous par la force des choses, une fois en place. Si le contraire avait été le cas, ils ne manœuvreraient pas un domaine! Sergio : Que les dieux vous entendent! Marcello : Ironique, ce que vous dites, étant donné la place où nous nous tenons par rapport à la personne qui anime nos mots. Sergio : Je l'admets. Toujours est-il que ça ne change pas le fait que les détails que nous avons sur lui sont rassurants. Au vu et au su des autres candidats qu'il y avait en lice, nous avons évité le pire. Marcello : Pour l'instant! Seul le temps nous l'indiquera, signore. Ceci dit, on pourra en parler plus amplement aux thermes de Majorianus, avec les autres. La cérémonie, pour y revenir, se poursuivait bien, le bovin blanc ayant été accompagné dans l'enceinte du temple pour y accueillir l'ultime honneur d'être dédié au divin. Celui-là relâcha tôt un râle tout en s'affaissant bruyamment dans les sanglots de son sang, alors que des acolytes du sacerdoce avec l'haruspice en présence cueillaient du sang frais giclant encore faiblement des derniers spasmes du corps sans vie du taureau, avant de remettre le calice bien repu à un suivant, pour que les mains du savant des arts occultes ne veillent à dépecer la créature en règle. D'autres assistants en place apportaient, les concernant, des plats où déposer des morceaux de l'animal, dont surtout le foie. Dehors, les patriciens de la ville s'étaient finalement réunis, en ordre de préséance, regardant les rites et attendant le résultat de l'augure. Enfin, le rex sacrorum obtint le sang, puis le foie. Du sang, sous le coup de paroles à peine susurrées, il trempa son goupillon dans la coupe, en adulant le dieu, puis le passa à un flamine supérieur, pour qu'il bénisse ce qui devait l'être. Du foie, il utilisa enfin sa dague ornée pour ciseler l’appendice, y plonger les doigts, et annonça, peu après une étude, que les auspices étaient favorables! Au bas, dans le regroupement de vieillards sénatoriaux, l'un des politiciens plus tôt engagé dans la conversation, songea : Fichtre! C'est fâcheux...
  12. C'est ok pour la NJ. On verra plus tard pour la NNJ. Faisons en sorte que cela ne se reproduise pas ! Bon jeu !
  13. Pour rappel, ci-dessus, la fiche de candidature de la Marcheterre. J'ai demandé à mark et montcalm si il est possible de déménager la Marcheterre et la Coronille plus au sud : Marcheterre : lots FR 60 - 59 - 50 - 49 - 27 - 26 - 46 Cornille : lot FR 51 Pour quelles raisons? ça me rapprocherait du Ligerois, qui est un pays actif. géographiquement ça collerait mieux, en ce moment on a la Valnésée qui est une simpo Hollande qui a une frontière commune avec la simpo Normandie. Il n'y a donc pas de place pour la Côte d'Opale, la Baie de Somme, etc... géographiquement toujours, mon pays serait positionné à côté des lots celtes du continent, ce qui est appelé à devenir une simulation de la Bretagne. Ce serait donc plus logique. géographiquement enfin, ça me rapprocherait du Ligérois qui est une simulation de l'Empire Plantagenêt, encore une fois, ça colle mieux. mais la VRAIE raison, c'est que la péninsule sur laquelle la Marcheterre est actuellement ressemble à une énorme bite toute tordue et moche. J'arrive pas à la cartographier comme je voudrais, et ça me fait vraiment, vraiment chier. J'avais demandé que la Coronille soit crée dans le but de l'annexer un jour, en y testant un peu des guerres de religion. Je demande aussi son déplacement, et sélectionne pour elle un tout petit lot (en jaune). Mark m'a dit de refaire un formulaire, donc le voici. Je sais que c'est pas cool de demander à changer, j'ai pas envie de changer de pays... mais si j'arrive pas à faire une jolie carte pour mon pays, si son territoire m'inspire pas, j'ai pas envie de jouer. J'ai le même souci avec les Valvatides en fait, j'ai toujours pas été foutu de faire une carte, toujours à cause de cette vieille teub qui pendouille. Une péninsule, ça porte pas son nom pour rien.
  14. Tiunterof

    La lei et lo vèrb

    Depuis le 3 Octobre 1550, les couronnes ducales de Bèltorre et de Calavièlh ont été réunies et sont désormais entre les mains de Gualdhard I de Valdenha-Bèltorre, cependant à bien des égards, l'administration des deux duchés continue d'agir comme s'il s'agissait de deux états indépendants l'un de l'autre. Malgré les protestations de certains nobles Calavièlhans, surtout les membres du conseil ducal de Calavièlh, le duc Gualdhard I a pris la décision de joindre les administrations des deux duchés afin de rendre leur gestion plus simple. Édit ducal de Bèltorre et de Calavièlh :
  15. Zaldora

    Rumeurs et Crieurs publics

    Rumeurs (1) Des bruits angoissants concernant une grave épidémie touchant Dravègne (Dřevěha) éclatèrent. Les rumeurs se propageaient désormais hors les murs, dans les faubourgs, au milieu des champs, des églises, des abbayes et des moulins. Les témoignages, récoltés à la taverne, faisaient état d'un mal terrible ayant déjà causé dix morts, et dont les symptômes se rapprochaient de la peste. La peur grondait en ville où de premières scènes de tueries et de pillages des maisons juives furent rapportées. Le calme régnait pour le moment au sein des campagnes bien que face aux rumeurs, paysans et seigneurs choisissaient de se cloitrer en leurs foyers. Toutefois, plusieurs groupes de flagellant tendaient à se former et comptaient défiler au cours des prochains jours afin d'expier leurs péchés avant la parousie, qu'ils pensaient toute proche.
  16. Yul

    Monographie et gestion

    Carte générale (wip) (Cliquez sur la carte pour agrandir)
  17. Glossarium Aquærano Magna Paeninsula [Glossaire] « Blason de la Clarissime République d'Aquarée » Renseignements introductifs: - Appellation en périphrase: --- - Appellation formelle: Clarissime République d'Aquarée / Repubblica Distinto di Aquæzzio - Appellation courante: Aquarée / Aquæzzio - Régime politique en place: République patricienne (aristocratique) avec héritages monarchiques - Gentilité d'usage: Aquaréen / Aquaréenne - Langues officielles: Aquælingua di Grande Peninsulare (proche du sicilien) et Sanctuslingua (latin) - Langues reconnues: Maints dialectes de souche italo-romane, Logislingua (grec), Peninsulare (italien médian), Lucanlingua (proche du toscan) - Devise civique: Adeo in teneris consuescere multum est (l'éducation fondamentale est essentielle à la formation du caractère) - Monnaies résidente: Le bimétallisme est de cours avec le sequin (en or) et le statère (en argent) - Capitale administrative: Aqæzzio - Démographie recensée: 3.500.000 âmes ≈ - Emplacements géographiques: LT 24-57-56-55-27-26-25
  18. Montcalm

    Chancellerie pontificale

    De nous, Foulques de Val d'Egne, Duc de Ligerois, Comte de Calipère et de Bristane, A Sa Sainteté le Pape Callixtus IV, A Bristane, le vingt neuvième jour du sixième mois MDLII Très Saint-Père, Tous les sujets des couronnes ligeroises et calipariennes ainsi que les membres de la Maison de Val d'Egne s'associent en ce jour avec la Chrétienté toute entière afin de louer Dieu de nous avoir donné votre personne. Nous avons ordonné à nos sujets une semaine de liesse et de prière afin de remercier le Bon Dieu et bénir votre règne. Sachez que vous pourrez toujours trouver en notre Personne et en nos sujets des serviteurs dévoués à la Sainte Eglise et au Saint Père. Priant pour votre Saint et Long Règne,. Sa Grâce Foulques de Val d'Egne, Duc de Ligerois.
  19. Yul

    Chancellerie pontificale

    Texte écrit en latin, cacheté par le sceau du Grand-Duc de Marcheterre Hardouin III, et envoyé par coursier jusqu'au Saint-Siège. Le courrier est adressé au pape Calixte IV. Très Saint Père, Par ma plume, nous, Hardouin de Sildegrune, Grand-Duc de Marcheterre, sa famille, l'ensemble de la noblesse, les Comtes et Comtesses de Marcheterre et son peuple, vous présentons nos plus sincères félicitations pour votre élection et vous souhaitons le meilleur pour votre mandat. Nous ne doutons nullement que vous saurez guider toute l'Eglise de façon honorable, et que par vous, les volontés du Père notre Seigneur seront transmises et suivies par toute la chrétienté. Soyez-assuré que le Grand-Duché de Marcheterre, en ces temps de doutes touchant certains peuples d'Argiopée, demeurera l'un de vos plus fidèles serviteurs et alliés, et défendra toujours l'Eglise sur son sol, mais aussi dans toutes les terres gallophones. J'ai l'honneur d'être avec le plus profond respect, de Votre Sainteté, le très humble et dévoué serviteur. Que Dieu, pour toujours, vous accompagne. Diex aye dam ! Hardouin de Sildegrune, dit le Troisième, Grand-Duc de Marcheterre.
  20. Ça peut être tout à fait intéressant, j'espère que tu ne t'ennuierais pas sans joueur dans la zone. Attention à tes grosses dépenses militaires, j'espère que tu sauras la jouer finement sinon tu risques une grosse attrition. Reste à commercer ou piller !
  1. Charger plus d’activité
  • Lettre d’informations

    Voulez-vous être tenu au courant de nos dernières nouvelles et informations ?
    S’inscrire
×
×
  • Créer...